Élections Montréal 2021: demandes du CAPE

Aux candidat-e-s à la mairie de Montréal

Aux candidat-e-s à la mairie de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Aux candidates au poste de conseillère de Parc-Extension

Engagements électoraux concernant le logement à Parc-Extension
et l’avenir des organismes logeant au Complexe William-Hingston

Mesdames, Messieurs

Par la présente, le Comité d’action de Parc-Extension (CAPE) vous partage ses principales demandes en lien avec la campagne électorale municipale. Le CAPE travaille à l’amélioration des conditions de logement et à la défense des droits des locataires de Parc-Extension, l’un des quartiers parmi les plus pauvres au pays, comptant une forte proportion de résidents et de résidentes issu-e-s de l’immigration.

a) Logement social

Présentement, 653 ménages locataires du quartier sont sur la liste d’attente de l’OMHM pour un logement à prix modique, et plusieurs attendent depuis des années.  Depuis 2005, peu de logements sociaux ont été développés à Parc-Extension. En 2015 était inauguré le projet Outremont-Champagneur de 21 logements et, récemment, commençait le développement de 30 logements sur le terrain de l’ancien Bétonel, en face du Parc Howard.

Après avoir échoué à mettre la main sur le 495 Beaumont, où une centaine d’appartements haut de gamme ont vu le jour, au lieu de 120 logements sociaux, la Ville se portait acquéreur de la Plaza Hutchison et du 7965 Acadie.

Plusieurs terrains dans le quartier sont assujettis au droit de préemption. En ce moment, la Ville ne doit pas rater l’opportunité d’acheter le 690-700 Jarry Ouest, comme le demandent des résident-e-s et des organismes du quartier. Plutôt que de devenir un autre projet de logements inabordables (pensons aussi au 891-893 et au 925 Beaumont), le 690-700 Jarry Ouest doit être utilisé pour un projet qui répondra véritablement aux besoins du quartier, et qui pourra être menée par la Coopérative Un Monde Uni. Depuis 2013, la Coopérative Un Monde Uni vise le site pour un projet de logements communautaires, avec le soutien du Regroupement des organismes du Montréal ethnique pour le logement (ROMEL).

Par surcroît, la cible de 225 nouveaux logements sociaux pour les quartiers voisins du Campus MIL, prévue en 2013 au Plan de développement urbain, économique et social (PDUES), n’a pas encore été atteinte.

Question 1 :    Advenant votre élection, qu’allez-vous faire pour augmenter le nombre de logements sociaux à Parc-Extension et pour vous assurer du développement d’un projet mené par la Coopérative du Monde-Uni au 690-700 Jarry Ouest ?

b) Entretien, salubrité et sécurité des logements

Malheureusement, encore trop de locataires endurent de mauvaises conditions de logement. Coquerelles, souris, punaises de lit, moisissures et réparations diverses sont des problèmes négligés par plusieurs propriétaires, aux dépens de la qualité de vie et de la santé des locataires.

Depuis 2013, les élu-e-s de l’arrondissement ont partagé la nécessité d’augmenter le nombre annuel d’inspections et de simplifier le processus de formulation d’une plainte. Toutefois, malgré ces efforts, la Ville et l’arrondissement hésitent encore à sévir contre les propriétaires délinquants.

Une autre avenue à considérer est que la Ville achète des logements en mauvaise condition pour les rénover et les transformer en logements à but non lucratif ou coopératifs.

Question 2 :    Advenant votre élection, qu’allez-vous faire pour assurer aux locataires du quartier un logement sain et en bon état, notamment en facilitant l’accès aux services d’inspection et en maintenant le formulaire de plainte simplifié ?

Question 3 : Advenant votre élection, comment comptez-vous favoriser l’achat-rénovation de logements vétustes ?

c) Évictions, coût des loyers et protection des logements locatifs

Quelques mois après l’ouverture du campus MIL de l’Université de Montréal, le rapport « MIL façons de se faire évincer / L’Université de Montréal et la gentrification à Parc-Extension » faisait état, en juin 2020, d’une hausse des loyers et du nombre d’évictions dans le quartier.

Depuis, le CAPE a pu observer une aggravation de la situation. En outre, le rapport « Les loyers explosent / Enquête sur le prix des logements à louer au Québec », publié en juin 2021 par le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), montrait que l’écart en pourcentage du loyer moyen pour les logements à louer affichés sur Kijiji, versus le loyer moyen identifié par la SCHL pour l’arrondissement, atteignait 63 %.

D’un côté, l’arrondissement a restreint à certaines zones la possibilité d’utiliser les logements locatifs à des fins touristiques. De l’autre, l’arrondissement a adopté un règlement limitant l’émission de permis de rénovation quand le but des rénovations est de subdiviser les logements ou de les agrandir/fusionner, tout en protégeant les maisons de chambres.

Malheureusement, les agrandissements et les fusions sont demeurés possibles dans les immeubles de six logements et moins. Lors de l’adoption finale du règlement, des élu-e-s ont indiqué qu’il fera l’objet d’une évaluation au courant de la prochaine année. Déjà, le CAPE peut vous aviser que des locataires d’immeubles de six logements et moins ont été visé-e-s par des demandes d’éviction alors que leur propriétaire, des personnes morales et/ou des investisseurs, n’ont pas un projet familial, mais bien un projet d’augmentation des loyers.

Question 4 :    Advenant votre élection, qu’allez-vous faire pour mettre un frein à l’explosion du coût des loyers, ainsi que pour obtenir du gouvernement du Québec un contrôle obligatoire de tous les loyers, y compris pour les immeubles de cinq ans et moins, comme le 495 Beaumont, en plus d’un registre des loyers public et gratuit ?

Question 5 : Advenant votre élection, que comptez-vous faire pour protéger les locataires face aux évictions, notamment en ce qui concerne l’émission de permis de rénovation pouvant mener à des évictions ?

d) Avenir des organismes logeant au Complexe William-Hingston

Le CAPE, comme les autres organismes logeant au Complexe William-Hingston, bénéficie d’un local gratuit et accessible à la population du quartier. Or, le bail entre l’arrondissement et le Centre de services scolaires de Montréal (CSSDM) prendra fin en décembre 2022.

Cette relocalisation (ou éviction) sera-t-elle temporaire ou permanente? Que seront la nature et la durée des rénovations prévues par le CSSDM ? Qui va couvrir les frais de déménagement des organismes? Leurs futurs locaux seront-ils encore gratuits et à Parc-Extension, c’est-à-dire entre les voies ferrées du Canadien Pacifique, de l’Acadie et Crémazie ? Les organismes seront-ils dispersés ? Un retour au Complexe William-Hingston, dans les conditions actuelles, sera-t-il possible ?

Toutes ces questions sont des sources d’inquiétude quant à la poursuite de la mission du CAPE, sa proximité avec la population du quartier et les autres organismes, ainsi que le maintien de son équipe de travail.

Question 6 :    Advenant votre élection, qu’allez-vous faire pour assurer le maintien de la vocation actuelle du Complexe William-Hingston, pour permettre l’accès à un local gratuit à proximité des autres organismes et de la population, c’est-à-dire entre les voies ferrées du Canadien Pacifique, de l’Acadie et Crémazie, et pour voir à la pérennité financière des organismes et de leur équipe de travail ?

En attente de vos réponses, veuillez accepter nos salutations les plus cordiales,

Amy Darwish, coordonnatrice du CAPE

C.c. : ALV, BIL, Table de quartier de Parc-Extension, RCLALQ, FRAPRU.

Comments are closed.