La facture d’électricité trop chère pour les citoyen-ne-s

DSC02797 Le 31 mars 2017, le comité des citoyens de Parc-Extension contre les hausses de tarifs d’Hydro-Québec donne rendez-vous à la population pour dénoncer haut et fort la hausse de tarifs d’Hydro-Québec. En cette veille de l’entrée en vigueur d’une nouvelle hausse de 0,7%, le comité des citoyens de Parc-Extension ira ensuite manifester au bureau de comté du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Pierre Arcand, situé au 5005 rue Jean-Talon Ouest.

 

DSC02877DSC02812

DSC02920DSC03000

 

Dans les dernières années, le comité s’est adressé au député de Laurier-Dorion, Gerry Sklavounos, ainsi qu’au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, concernant les grandes difficultés à payer la facture d’électricité. Ces derniers se sont systématiquement cachés derrière la Régie de l’énergie prétextant que ce n’est pas le gouvernement qui accorde les hausses demandées par Hydro-Québec. Quelle hypocrisie alors qu’on sait que le gouvernement procède à diverses manœuvres politiques pour diminuer le pouvoir de la régie et utilise maints subterfuges pour s’accaparer davantage les revenus d’Hydro-Québec.

 

C’est pourquoi nous nous adressons encore une fois au gouvernement pour arrêter les hausses de tarifs d’Hydro-Québec. Nous voulons plus qu’une oreille attentive et un regard compatissant, nous voulons des tarifs d’électricité qui permettent à tout le monde de bénéficier de ce service essentiel sans craindre de représailles. Malheureusement, il nous apparait de plus en plus clair que la volonté politique n’y est pas. Le gouvernement continue son travail de déconstruction du modèle québécois, préférant tarifer les services publics et couper dans les programmes sociaux dans une logique d’utilisateur-payeur plutôt que de s’ouvrir à d’autres manières de financer l’État.

 

Le comité des citoyens de Parc-Extension lutte depuis 2014 contre les hausses de tarifs d’Hydro-Québec. Les citoyens veulent agir car la facture d’électricité devient de plus en plus difficile à payer pour de nombreux ménages du quartier vivant souvent dans des appartements mal isolés et mal entretenus, donc chers à chauffer. Les hausses répétées des dernières années touchent durement les résidents de Parc-Extension, dont 43 % vivent sous le seuil de faible revenu.

 

Isabelle Mailloux-Béïque, conseillère budgétaire à l’ACEF du Nord de Montréal, négocie des ententes de paiement avec Hydro-Québec pour plusieurs citoyens du quartier : « de plus en plus de personnes viennent me voir avec des factures de 400 $, 500$ pour deux mois d’hiver, ces personnes se sentent stressées et souvent désemparées car elles ont peur des conséquences si elles ne payent pas leur facture. Financer l’État à même les factures d’électricité pénalise les personnes les plus pauvres, c’est ce que nous dénonçons » déclare Mme Mailloux-Béïque.

 

Encore une fois cette année, malgré les profits de plus de trois milliards réalisés par la société d’État, la facture d’électricité sera augmentée. Pourtant, de nombreux clients peinent à payer leur facture. En 2016, c’est plus de 350 000 clients qui ont dû prendre une entente de remboursement, car ils étaient dans l’impossibilité d’acquitter leur facture Certains n’ont pas eu cette possibilité. Près de 60 000 clients ont été privés du service d’électricité par Hydro-Québec.

 

Certains maintiennent que la hausse de 0,7% accordée par la Régie de l’Énergie est minime et que notre électricité est la moins cher en Amérique du Nord. Devant ce mythe tenace, rappelons simplement que les Québécois ont investi massivement pour nationaliser l’électricité dans les années 60 afin d’être maîtres collectivement de cette ressource et d’avoir accès à une électricité à de bas taux pour tous. Peu à peu, cet objectif a été détourné par les gouvernements successifs qui ont vu dans Hydro-Québec une bonne affaire à saisir. « Maintenant que le gouvernement empoche 75% des revenus d’Hydro-Québec, il semble que la facture d’électricité soit devenue une manière de remplir les coffres de l’État », dénonce fortement Isabelle Mailloux-Béïque qui soutient le comité.

 

Enfin, le comité rappelle qu’avec les années, la mission d’Hydro-Québec a été peu à peu détournée.  « Pour les citoyens de Parc-Extension, c’en est assez. Ils ont décidé d’agir collectivement pour dire NON  aux hausses d’Hydro-Québec et au gouvernement qui les appauvrit et les ignore », déclare Monique Léger, coordonnatrice à la Ressource action alimentation qui offre notamment du dépannage alimentaire d’urgence dans le quartier.

 

Le comité des citoyens de Parc-Extension contre les hausses d’Hydro-Québec regroupe une centaine de citoyens. Il est soutenu par  trois organismes communautaires : le comité d’action de Parc-Extension (CAPE), la Ressource Action alimentation (RAA) et l’ACEF du Nord de Montréal (Association coopérative d’économie familiale).

 

 

Comments are closed.