Grande marche pour le droit au logement de passage à Parc-Extension

À l’occasion du passage de la Marche de villes en villages pour le droit du logement, le Comité d’action de Parc-Extension (CAPE) accueille ce mercredi 12 septembre les marcheuses et les marcheurs, parti-e-s d’Ottawa le 2 septembre dernier. Cette grande marche, organisée par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) se conclura à Québec le 29 septembre prochain par une grande manifestation, à laquelle le CAPE participera.

Mercredi 12 septembre 2018

16h00 : accueil de la marche aux angles de Jarry et de l’Esplanade, suivie d’une manifestation dans le quartier.

À partir de 17h00 : souper, prises de parole et projection de films de Projections insurgées / Insurgent Projections (au Parc Saint-Roch).

Placée sous le thème « Ni condos, ni frontières / Un logement pour tous et toutes », cette soirée vise à mettre de l’avant les nombreux problèmes de logement que vivent les personnes migrantes et réfugiées.  Le lendemain matin à 10h00, les marcheurs et marcheuses reprendront la route en direction de Côte-des-Neiges en partance du Parc Athéna.

Jeudi 13 septembre 2018

10h00: départ de Parc-Extension au Parc Athéna (13h00: Parc Kent sur Côte-des-Neiges; 15h00: Square Cabot, près du métro Atwater ; 17h00: CEDA, au 2515, rue Delisle, près du métro Lionel-Groulx).

Parc-Extension ne compte que 655 logements sociaux. À l’été 2015, 21 ménages aménageaient sur l’avenue Outremont dans une construction neuve à but non lucratif faite avec AccèsLogis. Le précédant projet, la Coopérative Durocher/D’Anvers (30 logements), datait de 10 ans auparavant (2005).

39,7% des ménages locataires du quartier consacrent plus de 30% de leur revenu au loyer (3765 ménages). En octobre 2017, 834 ménages étaient sur les listes d’attentes de l’Office municipal d’habitation.

En outre, selon l’étude sur la santé respiratoire des enfants, produite par la Direction de la santé publique de Montréal (2011), parmi les domiciles avec enfants de 6 mois à 12 ans de Parc-Extension : 25,9% ont une présence coquerelles ; 18,7% ont une présence de rongeurs ; 38% ont des facteurs d’humidité ou de moisissures. Plus récemment, en septembre 2015, le rapport du Directeur de la santé publique de Montréal plaçait malheureusement l’arrondissement Villeray/Saint-Michel/Parc-Extension en tête de liste pour les problèmes de punaises de lit et de moisissures.

Par surcroît, l’arrivée du Campus Outremont et la gentrification des quartiers voisins amènent de nouveaux enjeux pour les locataires : éviction, conversion de logements en copropriétés indivises, augmentation des loyers et logements loués à des fins touristiques.

Actuellement, les fonds en provenance de Québec et d’Ottawa ne permettent de financer que 3000 nouveaux logements sociaux par année, pour tout le Québec, souligne le CAPE, mais moins du tiers se réalise faute d’un financement suffisant du programme AccèsLogis, malgré les importants surplus budgétaires. Le programme n’a finalement pas été révisé avant le déclenchement des élections, malgré les promesses répétées du gouvernement sortant. Le CAPE demande aux partis politiques de prendre des engagements suffisants.

Le CAPE souligne qu’Ottawa sera aussi visé pour son manque de volonté politique dans le dossier du logement social. Il précise également que la majorité des sommes allouées par le fédéral dans le cadre de la Stratégie canadienne sur le logement sera dépensée après les élections fédérales de 2019 et qu’aucune part n’est réservée pour le logement social.

Comments are closed.